Le lobbying de Microsoft à toutes les échelles de l’École

Source : humanite.fr. Professeur de mathématiques et vice-président de l’Association pour la promotion et la recherche en informatique libre (April), Rémi Boulle milite depuis des années pour le logiciel libre à l’école. Il témoigne de l’intense lobbying du géant américain à toutes les échelles du ministère.

Comment s’organise le lobbying de Microsoft ?

Rémi Boulle Ce lobbying fonctionne en tenaille. En commençant par le haut avec des accords-cadres, comme celui qui vient d’être signé. Le responsable Microsoft pour l’éducation, Thierry de Vulpillières est très souvent reçu au ministère et possède une vraie force de frappe. Si des professeurs commencent à s’équiper de produits Microsoft, à en demander à la hiérarchie, l’entreprise se tient prête, à l’écoute des besoins, avec des partenariats à proposer et des solutions clés en main déposées sur la table du ministère. À tout moment, Microsoft peut mobiliser une équipe de développement à Taïwan ou en Inde… Avec la circulaire Ayrault, en 2012, le gouvernement voulait pourtant promouvoir l’usage des logiciels libres dans l’administration. Lorsqu’il y a eu le projet de loi de refondation de l’école mené par Vincent Peillon, à l’été 2013, on avait réussi à pousser l’idée de « priorité au logiciel libre ». Il y a eu un lobbying intense de la part du Syntec numérique, syndicat patronal du secteur, dont le lobbyiste en chef est Jean-Renaud Roy. À force de pressions, cette priorité au libre a été abandonnée. Jean-Renaud Roy a depuis quitté le Syntec pour travailler chez Microsoft en tant que chargé des affaires publiques… On le voit d’ailleurs sur la photo où Najat Vallaud-Belkacem signe l’accord avec Microsoft.

Un article très interessant à lire sur humanite.fr

Back to top